Ode aux vieux

vieuxJ’aime observer les vieux. Rien de péjoratif dans ce terme. Au contraire. Il y a dedans beaucoup d’affection et de tendresse. Contrairement au « troisième âge », aux « personnes âgées » ou encore aux «seniors» tellement impersonnel. Un petit vieux ou une petite vieille ça peut être très agaçant, certes, mais ça peut être aussi franchement émouvant.

Lorsque je grimpe dans mon train de banlieue, je choisis toujours une place juste en face d’une petite vieille. Je préfère leur compagnie à celle de jeunes rebelles qui écoutent leur ipod à fond et qui parlent fort sans se soucier des gens qui sont autour.

La petite vielle qui était en face de moi ce matin était très belle. Des cheveux blancs parfaitement permanentés et bien en place grâce à une bonne dose de laque Elnett. Des petites rides au coin des yeux derrière une paire de grosses lunettes sans monture. Un rouge à lèvre rose fushia appliqué avec soin Un foulard à grosses fleurs noué autour du cou, une veste matelassé vert sapin et de jolis mocassins bleu marine. De suite, mon imagination se met en route ! Cette belle femme est une grand-mère poule, elle rend visite à ses enfants tous les week-end et adore regarder le journal de David Pujadas.

Chaque fois que je m’installe près d’eux je leur fais mon plus beau sourire. Un sourire de gratitude, comme si je les remerciais d’avoir pris ce train et pas un autre, d’être montés dans cette voiture et pas une autre et ainsi me permettre de les regarder et d’écouter leurs conversations. Et ce sourire ne me quitte pas de tout le trajet. Je les observe faire leurs mots croisés avec beaucoup de concentration, lire un roman avec passion ou discuter de la pluie et du beau temps. L’autre jour, la conversation de trois vieilles dames était tout à fait instructive. Elles parlaient de leur ville, Asnieres-sur-Seine, avec grand intérêt et force détails : elles se rappelaient du boucher de la rue Gallieni et du moelleux de sa pièce de bœuf. Et puis de l’épicier qui avait pignon sur rue dans les années 50 sur la Grande rue Charles de Gaulle et dont la femme était partie avec le facteur. Je ne ratais aucune miette de chaque anecdote qu’elles ponctuaient d’un « les temps ont bien changé » chargé de nostalgie.

Les petits vieux ce sont notre mémoire. Quand je les croise je pense à ma grand-mère maternelle. Cette force de la nature qui n’a rien à voir avec les vieilles dames apprêtées que je croise à Paris. Mais il y aurait trop à dire sur elle, je le réserve pour un prochain billet. Elle en mérite un pour elle toute seule.

Et dire que de nos jours, on court après le temps. Ce temps qui est l’ennemi numéro 1 de notre société moderne. Ce voyou qui nous vole notre santé, notre beauté, notre jeunesse sans jamais se faire arrêter. Tout le monde a peur de vieillir, moi la première. Et pourtant… A bien y réfléchir, on ne se rend pas compte de la chance qu’on a.

Certaines personnes auraient donné n’importe quoi pour voir les premiers signes du temps s’installer doucement sur leur corps. Des rides aux coins des yeux, une peau moins élastique, quelques tâches brunes sur les mains et le décolleté, des racines blanches au sommet du crâne, des articulations un peu douloureuses, une vue qui s’affaiblit… Toutes ses manifestations de vieillesse que l’on trouve disgracieuses, que l’on tente de cacher à coup de crèmes miracles, de laser, de chirurgie, de coloration, d’injection… et que j’aurais adoré scruter sur Elle en souriant, comme je le fais à ces inconnues. Et la rassurer en lui disant que les femmes sont de plus en plus belles avec le temps. Elle la première.

Publicités

Une réflexion sur “Ode aux vieux

  1. Pingback: J’ai 10 ans, je sais que c’est pas vrai mais j’ai 10 ans « La Dolce Vita d’Isa Jones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s