Ma (trop) curieuse voisine

jardinage_clrMa voisine à moi, elle est quand même drôlement marrante. C’est une vieille dame toujours souriante, toujours avenante avec les yeux qui rigolent.
Mais elle a une particularité très fréquente chez les dames de son âge : c’est un vrai moulin à paroles. Je n’ai jamais vu quelqu’un parler autant ! Et patati et patata, à propos de tout et n’importe quoi. Tout est matière à causer pendant des heures. Le temps, la politique, les ascenseurs en panne, le gardien…  Absolument tout je vous dis ! Même moi, qui suis pas mal pipelette dans mon genre, je la trouve épuisante!
C’est très charmant les vieilles dames parlantes mais ça peut être franchement gênant !

Tenez par exemple l’autre jour, en partant au travail, je la croise dans l’ascenseur… « Bonjour Madame Gloup ! Comment allez-vous ? » Oh non c’est pas vrai j’ai pas dit ça ! Mon dieu, dites-moi que ce n’est pas moi qui aies prononcé ces quelques mots, s’il vous plaaaaait ! Il faut vraiment que j’apprenne à tourner 7 fois ma langue dans ma bouche avant de parler.

Pour l’instant vous ne voyez pas quel mal il y a à demander à une sympathique voisine des nouvelles de sa santé et de sa vie en général… C’est même le B.A-B.A de la politesse entre voisins. Mais avec Madame Gloup, cette  phrase, somme toute banale, « Comment allez vous » sonne dans sa tête comme « Madame Gloup, je vous en pries racontez moi votre vie, vos états d’âmes, vos petits tracas… je suis là pour vous écouter, j’ai tout mon temps« . Aie aie aie mais pas du tout du tout ! Madame Gloup, vous faites fausse route ! Mais trop tard… Madame Gloup se lance dans un monologue interminable. Je me contente alors de hocher la tête, d’émettre quelques « Hum Hum… Oh non, c’est pas vrai ! Vous n’avez pas de chance.. Oui c’est sûr... »

A ce moment là, je ne vois plus que ses lèvres bouger, vite, très vite, mais je n’entends pas ce qu’elle me dit. Mes yeux sont rivés sur sa petite bouche maquillée super entraînée. Une vrai gymnastique des muscles faciaux qui semble ne jamais prendre fin. Impressionnant !
Alors ça commence souvent dans l’ascenseur. A croire que la promiscuité favorise les confessions pas du tout intimes mais complètement anodines.  Madame Gloup habite un étage au-dessus et lorsque que j’ouvre la porte de l’ascenseur et que je la vois, je me dis « Oups, pas de bol.. je suis un peu coincée… je pourrais prétexter « Oh tiens bonjour ! Descendez sans moi, je crois que j’ai oublié de fermer le robinet ! » et descendre par l’escalier. Mais je suis bien trop bonne pour ça… et surtout très paresseuse !

Revenons en à l’autre jour donc. « Comment allez vous ? » … Elle réplique alors du tac au tac  » Oh… Pas très bien vous savez. Je me suis réveillée j’étais complètement bloquée du dos. Peux plus bouger… C’est pas facile et puis avec mon mari qui fume trop et mon fils au Guatemala, je me fais du soucis… Mais je vais lui envoyer une petite carte tout à l’heure… » Et ça continue comme ça dans le hall et même dans la rue devant l’entrée de l’immeuble. J’ai pourtant prié pour qu’elle aille voir son courrier et me délivre de cette soumission verbale non-conssentie  mais non ! Evidemment, c’était un jour où j’étais très pressée voir en retard… Je lui lance gentiment « Je suis vraiment désolée mais je dois aller travailler, je suis un peu en retard vous comprenez… » … « Oh, mais où est-ce que que vous travaillez mon petit ? C’est important de bien travailler pour vos points de retraite hein !« . Oh non, je ne vais pas m’en sortir ! Surtout que gentille comme je suis je ne veux pas la brusquer de peur que son coeur s’emballe.

Mais ce n’est pas tout ! Parce que Madame Gloup a son balcon juste au dessus de ma terrasse et quand il fait beau, elle a toujours le nez dehors. Cet été, je décide dans un élan de grande motivation d’arracher les mauvaises herbes. J’enfile donc un vieux survet, des gants verts en caoutchouc et j’arrache sans pitié ses vilaines herbes folles qui envahissent la pelouse. Aucune ne me résiste, je suis plutôt fière de cette initiative (que j’aurais du prendre il y a quelques mois déjà…) mais c’était sans compter sur les commentaires de Madame Gloup.

Et oui, parce qu’elle est en train de m’observer (de m’épier serait plus juste) dans mon combat végétal… « Et ben, vous en avez du travail ma petite !« . Je lève le nez et la vois en robe de chambre et pyjama pilou pilou accoudée à son balcon. « Oh bonjour ! Oui c’est vrai qu’il y a de quoi faire ! » et je lui tourne le dos avec ce message subliminal « Je vais continuer mon jardinage et vous, vous allez retourner à vos casseroles !« .

C’était trop beau… « Vous savez, Madame Coincoin, l’ancienne propriétaire, elle le faisait tous les jours ça ! Tous les jours elle arrachait ses mauvaises herbes, elle taillait ses rosiers, elle arrosait ses arbustes… Et oui !« . Bon j’ai compris, je suis jeune donc j’en ai rien à faire de ma pelouse, je ne respecte rien, je suis fainéante, je ne m’occupe pas de mon jardin… Bref, Si madame Coincoin voyait ça… En plus, Madame Gloup parle fort, beaucoup trop fort. Résultat : tout le voisinage sait maintenant que je suis une vilaine locataire, indigne de ce joli petit jardin dont je ne prends pas soin.

Ahlalala, elle est curieuse ma voisine ! Curieuse, bavarde, indiscrète mais elle le fait toujours avec le sourire alors je lui pardonne tous ses petits défauts. Surtout qu’il y a de grandes chances pour que moi, à son âge, je sois un comme elle…

Crédit photo : Grand monde du préscolaire (http://recitpresco.qc.ca/)


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s