Une virée shopping qui vire au cauchemar-Episode 1

shopping-vide-dressingGénéralement quand on pense « shopping » on pense ballade-légère-au-grés-des-rayons et essayages-version-Pretty-Woman (avec Richard Gere qui donne son avis à chaque fois qu’on sort de la cabine en nuisette, c’est encore mieux).

Mais en fait, allez soyez franches les filles (et les garçons hein, je suis pas sexiste), ça ressemble plutôt à un calvaire avec des femmes hautaines qui vous passent devant dans la file d’attente aux caisses, des blouses aux cols extra-larges qui tombent des cintres quand on les prend, des mamans avec des poussettes “spécial jumeaux” dans des rayons pas plus larges qu’une boite d’allumettes, des cabines d’essayage où les rideaux ferment à moitié (hyper pratique quand on essaie un maillot de bain et qu’on est aussi pudique que Soeur Emmanuelle)… Et je ne vous parle même pas des périodes de soldes ! Bref, on a vite fait de rentrer chez soi par désespoir et découragement. Le portefeuille encore plein mais les bras vides. Rien, niet, nada au bout du bras. Même pas un petit sac en plastoc H&M histoire de se consoler.

Revenons-en à nos moutons. Jeudi dernier, ma virée shopping a vraiment viré au cauchemar ! Je pense définitivement que ma petite tête (qui a première vue est plutôt sympathique) ne revient pas aux vendeuses. Mais qu’est-ce que je leur ai fait ? Sans parler des situations gênantes dans lesquelles je me fourre toute seule (et oui suis une grande fille). La preuve !


Mango : Chouette ! Voilà la robe à fleurs que je cherche depuis des jours. Je m’empresse donc d’aller l’essayer sans tarder car on ne sait jamais, elle pourrait très bien se volatiliser de mes mains…  Je trotte vers les cabines (je dis bien « je trotte », je suis tellement pressée !), je fais la queue et c’est à moi. La vendeuse est occupée à plier des vêtements, elle me lance donc distraitement « Bonjour mademoiselle, combien d’articles ? ». Elle relève la tête, histoire de feindre un quelconque intérêt pour sa cliente, et me dis un peu gênée « Oh pardon, combien d’articles MADAME ? »…  No comment !

Orcanta : Encore un peu secouée par cette remarque désagréable (il faudrait vraiment que les vendeuses prennent des cours de phrases-à-ne-jamais-prononcer-devant-une-cliente-potentiellement-susceptible et de psychologie-de-la-cliente-qui-n’assume-pas-son-âge avec au programme : comment les reconnaître, comment les aborder et comment les flatter en vue d’un achat imminent), je me dirige vers Orcanta.

Le but : trouver vite fait un truc-avec-des-bretelles-qui-soutiennent (je vous l’ai dit, je suis pudique, il y a des mots que je ne prononce pas) couleur chair. Pas sexy pour un sou mais aussi discret que Bernardo, vous savez le pote sourd-muet de Zorro. La vendeuse très sympathique me propose un truc-à-bretelles (je vous la fait courte hein) pas vilain mais très cher (sans jeu de mot… ). « Il y a une une super promo en ce moment sur cette marque ! – 20%, ça vaut le coup ! Laissez-vous tenter ! » Bon, comme je suis toujours à court d’argument face a des vendeuses insistantes, je file l’essayer. Et je ne suis pas déçue ! Franchement on voit la différence par rapport à un Dim ou un Etam, je suis bluffée. Allez, c’est jour de fête je le prends et puis avec la réduction ce truc-à-bretelles de grande marque est abordable.

Je sors de la cabine fière comme un pou de m’être décidée aussi vite et surtout de cet achat qui va me classer au rang des femmes-qui-y-mettent-le-prix-même-si-personne-le-voit, lorsque la vendeuse me lance « Vous voulez voir les bas assortis ? »  Euh bah non, faut pas exagérer ! Je veux bien faire un effort pour le truc-à-bretelles mais un truc-en-forme-de-triangle-couleur-chair à 30 € ça m’emballe moyen. « Non c’est pas la peine j’en ai plein des bas comme ça ! Merci ! ». « Ah mais vous savez, la réduction ne fonctionne que si vous prenez l’ensemble…».

Ben voyons ! Et j’était sensée le deviner ? Pfffff, elle a voulu me la faire à l’envers la vilaine vendeuse ! N’empêche que sans la reduc, le truc-à-bretelles est trop cher pour ma bourse, enfin pour ma bourse spécial trucs-qu’on-met-en-dessous. Je sors dépitée du magasin, c’est vraiment pas ma journée !

Zara : Séance d’essayage d’un pantalon blanc en lin, idéal pour l’été. Alors que je commence à enfiler le dit pantalon, je vois une petite fille de 5 ans passer la tête à travers le rideau. Je sursaute, mon dieu mais qu’est-ce qu’elle veut ? Pas plus haute que trois pommes, deux couettes sur la tête, un sourire de petite peste… Voilà qu’elle me toise de haut en bas. C’est pas pour dire mais cette situation ne m’amuse pas beaucoup : je suis dans ma cabine, le pantalon au niveau des cuisses (tiens on dirait que ça coince…) en train de me faire mater par une gamine de 5 ans quand celle-ci lance à tue-tête “Mamaaaaaaan, la dame elle arrive pas à mettre son pantalon !!!”. Apparemment, à cet âge-là, les enfants ont un mégaphone à la place des cordes vocales et tout le magasin est au courant de mon excès de cellulite au niveau des cuisses… Comme c’est agréable !

Sourire crispé, je tente de fermer le rideau d’une main, tout en retenant le pantalon qui glisse sur mes cuisses, quand la mini fouine hurle “Mais qu’est-ce qu’elle fait la dameuuuuuuu ?” Bon la mère n’a pas l’air de vouloir venir chercher sa progéniture. Au contraire, elle doit être bien contente que celle-ci ait trouvé une occupation pendant qu’elle essaie ses 10 pantalons et ses 15 tops moulants

Et bien la dame elle va te dire ce qu’elle fait : la dame elle essaie de rentrer dans ce pantalon qui apparemment est un modèle spécial anorexique. Et la dame n’a aucune chance de rentrer dans le 38 – elle se demande même si le 40 lui irait – à moins que la dame ne se fasse liposucer ou raboter les hanches. Maintenant tu es gentilles, tu fermes le rideau et tu laisses la dame pleurer un bon coup d’accord ?

Voilà, il ne me reste plus qu’à filer chez H&M pour me consoler. Au moins là-bas, la dame rentre dans du 36 et du XS… Cherchez l’erreur !

La suite très bientôt car ça ne s’arrête pas là ! Non, non, non ! Quand je vous ai dit que c’était un CAUCHEMAR, je n’exagérais pas !

Publicités

Une réflexion sur “Une virée shopping qui vire au cauchemar-Episode 1

  1. Pingback: J’ai 10 ans, je sais que c’est pas vrai mais j’ai 10 ans « La Dolce Vita d’Isa Jones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s