Ils courent, ils courent les parisiens …

 

doisneau02Les parisiens ne sont pas ceux que vous croyiez ! 

On a coutume de dire que les parisiens sont des snobs, qui font toujours la gueule et qui sont désagréables. Ils vous marchent sur le pieds mais ne prennent pas la peine de s’excuser. Ils considèrent la province comme un état lointain où les portables ne passent pas. Ils font une tête de six pieds de long dans la rue comme s’ils allaient au bagne et n’ont jamais le temps de vous renseigner si vous êtes paumé au beau milieu de la capitale. Bref, les parisiens n’ont pas bonne réputation !


C’est un peu cliché certes, mais j’ai voulu rétablir la vérité une bonne fois pour toute ! Certaines personnes sont antipathiques, vous regardent de haut si vous ne portez pas un sac Vuitton ou soufflent bruyamment si vous prenez trop de place avec vos bagages dans le métro. Mais ils ne sont pas tous de cet acabit. Et puis il faut reconnaître qu’il y en a partout des gens comme ça, même à Lyon, à Reims ou Bordeaux ! Les asociales sont partout !

C’est juste qu’à Paris, les gens sont plus stressés et plus pressés. 

Ils courent après leur bus, après leur femme, après une promotion, après leurs enfants, après la gloire… après le temps qui passent

Ils ont peur de rater une marche, de rater le train, le début d’un spectacle, un rendez-vous d’affaire, un coup de fil décisif… de rater leur vie tout simplement. 

Ils ont peur de passer à coté de la femme de leur rêve, d’une opportunité en or, d’un cocktail VIP… de passer à côté de la chance de leur vie.

Et ça c’est le lot quotidien de tout le monde. On a peur de ne pas être à la hauteur. De rater notre chance. De ne pas en profiter assez. On ne veut pas se réveiller un matin en se disant “Mais qu’est ce que j’ai fait de ma vie ?”… 

Et c’est pour ça qu’ils font la gueule les parisiens dans les bouchons sur le périph, sur le quai du métro ligne 14, aux arrêts de bus du boulevard Haussman, dans la file d’attente du Strasbuck Coffee…. 

Ils font la tête parce que ce matin ils se sont réveillés de mauvais poil. Parce que la cafetière a débordé. Parce qu’il n’y avait plus d’eau chaude pour se laver. Parce que le jean qu’ils voulaient mettre n’est pas encore sec. Parce qu’ils ne retrouvent pas leurs clés. Et puis un peu aussi parce qu’ils se sont demandés si leur vie était conforme à celle qu’ils imaginaient quand ils étaient petits. Certains se sont dit “Evidemment, je suis le plus heureux des hommes” et d’autres ont pensé “Je perds mon temps avec cet homme”. A tous ceux-là, je dis qu’il est encore temps de changer de vie.

Publicités

Une réflexion sur “Ils courent, ils courent les parisiens …

  1. Pingback: J’ai 10 ans, je sais que c’est pas vrai mais j’ai 10 ans « La Dolce Vita d’Isa Jones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s