Ode à la planche sur mer salée

 

kylie-planchePendant mes vacances en Guadeloupe, j’ai redécouvert le plaisir de faire la planche dans la mer. Mais non bien sûr, je ne parle pas de planche à voile ou pire, de surf ! Non mais vous m’avez bien regardée ? Est-ce que j’ai une tête à faire du surf (j’ai déjà du mal à rester en équilibre sur un trottoir…)? Franchement ? Moi je vous parle de la planche, comme elle fait la dame sur la photo juste au-dessus, vous voyez ?

Je sais que ce n’est pas vraiment de saison mais cette idée m’est venue comme ça pendant le nuit ! Et oui, quand il fait -15 dehors, moi sous ma couette, je rêve de soleil, de plage, de cocotiers…

C’est pourquoi j’ai décidé de dédier un billet à ce sport de haut niveau et très très risqué. Parmi les risques les plus connus : boire la tasse, dériver trop loin de la plage, attraper une crampe au pied droit, frôler un vieux papy qui croit qu’on lui fait du rentre-dedans, attraper un coup de soleil sur le nez, dessécher ses beaux cheveux… J’en passe et des meilleurs.


Mais malgré tous ces inconvénients, la planche c’est vraiment tip top ! Pourquoi ? Et bien tout simplement, parce qu’on peut :

 

  • regarder les nuages avancer vite vite vite dans le ciel (et les suivre du regard aussi longtemps  qu’on peut sans se coincer les yeux en position “je louche pour faire rire mes neveux”)
  • se demander à quoi leur forme nous fait penser (le chat botté, notre belle-mère, Babar,   un croque-monsieur, le Père-Noël sans sa hotte, notre boss sur un tire-fesses…)
  • écouter le silence des fonds marins (et être vigilante au moindre bruit suspect, on a tous regardé Les dents de la mer hein…)
  • se sentir aussi légère qu’une algue (ce qui n’est jamais arrivé si ce n’est lorsqu’on flottait dans le placentas du ventre de notre mère)
  • flotter et se laisser porter par les vagues (et percuter un jeune homme musclé en train d’observer les poissons avec son masque et son tubas. A ce moment là, ne surtout pas penser qu’il vient de voir en gros plan très net notre cellulite en haut des cuisses et notre graisses flottante sur les fesses…)
  • ne plus avoir la notion du temps et de l’espace (et donc ressembler à un thon rouge en sortant de l’eau et s’enduire de biafine le reste de la semaine)
  • sentir le soleil chauffer sa peau (aussi blanche qu’un lavabo au début des vacances)
  • ne plus penser à rien (si ce n’est aux accracs de morue qu’on va s’enfiler ensuite)
  • faire de grands gestes des bras pour avancer telle une sirène (des mouvements sensuels si possible, pas de l’aquagym, nettement moins glamour)

 

Bref, faire la planche c’est que du bonheur ! Je compte sur vous pour vous y mettre dès les vacances d’été (ou avant pour ceux qui partent au soleil plus tôt). 

Si vous voulez compléter la liste, do not hesitate, laissez-aller votre imagination !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s