Un froid de chien (poke au rat !)

Ça caille dehors. Même si tu n’es pas sorti de chez toi, tu sais qu’il est préférable de rester sous la couette. Parce que tu es connecté au monde extérieur grâce aux moyens de communication moderne. Tu as donc regardé le JT de Jean-Pierre mais aussi, et surtout, tu as un compte Facebook.

Depuis quelques jours, Facebook c’est encore mieux que la météo d’Evelyne. Tes amis postent des photos de leur jardin (« Vue de chez moi sous la neige« ), de leur parking (« Mais où est ma voiture ?« ), de leur tableau de bord (« -10° au compteur !« ).
Aux images s’ajoutent les statuts tous plus alarmistes les uns que les autres : « Attention sur les routes, verglas ce matin !« , « J’aurais du prendre mes raquettes pour aller bosser » ou encore « C’est quand il fait un froid glacial que tu regrettes de pas avoir des gants tactiles (ou un bon gros téléphone à touches). »
Bref, tu ne peux pas ignorer qu’une vague de froid sévit sur notre pays et que sortir sans tes UGG, c’est condamner tes orteils à l’amputation (et ne plus jamais porter de tongs de toute ta vie et ça, ça craint).

J’étais donc au courant quand je suis sortie vendredi matin. Mais je n’avais pas le choix, j’étais attendue. Je me suis équipée bien comme il faut et c’est armée d’un courage hivernal que je me suis aventurée dehors.

A peine sortie du hall de l’immeuble, je me suis pris une rafale de vent glacial en pleine figure. J’avais l’impression de suffoquer, de ne pas parvenir à reprendre mon souffle. Ça m’a direct anesthésié tous les muscles du visage. Pas moyen de sourire, mes zygomatiques étaient paralysés (Donatella, ta vie ne doit pas être marrante tous les jours). Je me suis même mouchée trois fois l’oreille droite tellement je sentais plus mon visage (et souffler par son oreille ça débouche pas le nez).

Les yeux me piquaient mais j’avançais coûte que coûte. Pas question de laisser ce froid gagner la partie !  Je me suis dis qu’il fallait que je me concentre sur autre chose. J’ai observé l’activité quasi nulle autour de moi et c’est là que je suis tombée sur une affiche pour le Salon du chiot et un peu plus loin sur une autre pour le concert de M.Pokora (yo ça bouge pas mal à Lyon dis donc !).

Tout en marchant d’un pas pressé, je me suis demandée ce que je préférerais. Ou du moins, ce qui serait le moins pire : passer la journée au milieu de bébés chiens couinant et sentant fort (sachant que je n’aime pas les chiens) ou bien passer la soirée au milieu d’adolescentes déchaînées couinant et sentant fort (sachant que je n’aime pas les ado mes oreilles supportent difficilement cette musique).
Cette réflexion m’a bien occupé l’esprit, si bien que, sans m’en rendre compte, je suis arrivée simultanément à mon point de rendez-vous et à la conclusion suivante : entre des chiots excités et un chanteur écervelé, je préfère encore me les geler.

Publicités

Une réflexion sur “Un froid de chien (poke au rat !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s