Need a break

img_8540

Lundi matin, à 6h50, mon réveil a sonné. Comme tous les matins de la semaine. Je l’ai entendu de loin, je ne me souviens pas l’avoir éteint. Je me suis réveillée 20 minutes plus tard, complètement dans le gaz, le corps lourd et les paupières encore plus. J’ai pris mon courage à deux mains, je me suis levée, je me suis retrouvée au milieu du couloir sans savoir ce que je faisais là. Vraiment, je n’avais pas d’énergie. J’avais la gorge qui pique, la tête qui résonne, les oreilles qui bourdonnent. J’avais dormi deux heures, peut-être trois, je ne sais plus. La nuit avait été courte et longue à la fois, compliquée, épuisante, à l’image de celles que l’on passe depuis 3 mois. Lire la suite

Dis lui toi que je t’aime

Papillon à marseille

Je viens d’une famille peu démonstrative. On est pudiques, on est réservés, on ecoute plus qu’on ne parle. On ne fait pas de démonstration, pas de long discours, pas d’étalage.
Pourtant on est sensible. On pleure, on rit, on a les émotions qui débordent pour un oui ou pour un non. On se comprend, on se soutient, on s’aime. Même si on ne le dit pas, même si on ne le montre pas. La famille c’est sacré et ce n’est pas une question de geste ou de parole.
C’est savoir interpréter un sms, un coup de fil, un regard. Un sos qui ne fait pas de bruit, discret comme on peut l’être dans cette famille. On préfère laisser deviner les gens plutôt que de prendre la parole sans y être invité.

Lire la suite

Quand tu sauras ça ma fille…

FullSizeRender

Je vous le dis tout de go, voir ma Little Jones grandir me fait un peu flipper. Parce que le temps passe à une vitesse folle et qu’il y a un an elle faisait sa rentrée à l’école. Il y a deux ans, on arrêtait d’enrichir la firme Pampers. Il y a trois ans, je la confiais à une tierce personne qui allait prendre le relais pour s’occuper d’elle toute la journée. Je reprenais alors le chemin du travail à petites foulées tellement j’étais heureuse de cette liberté retrouvée. Et le soir même, je rentrais chez moi au pas de course tellement j’étais en manque d’elle et de son odeur de Mustela. Et puis il y a 4 ans tout juste je lui faisais gouter une purée de carotte pour la première fois avec un succès immédiat.

Lire la suite

Sleeping beauty

fées belle au bois dormant

Tous les soirs, c’est le même rituel. Je monte les escaliers d’un pas lourd et fatigué que j’aimerais plus pressé pour me coucher encore plus vite. Je me déshabille, je jette mes affaires par terre plie mes vêtements soigneusement et enfile mon pyjama. Dans la salle de bain, je me démaquille, me brosse les dents puis détache mes cheveux qui n’ont à cette heure de la journée aucune forme convenable. Je pourrais rejoindre mon lit directement et m’abandonner aux bras de Morphée en quelques foulées mais je n’en fais rien.

Lire la suite